Réouverture de la Librairie
mardi-samedi : 10h-13h / 15h-19h
CONFI (LEC) TURES
Lighieri, Reychman, Jullien, Brunet, etc.
Bibiothèque des 15 ans HO
Appel à participation
Tous nos événements
sont reportés

Actualités, rencontres, événements

Histoire de l'œil,

Librairie à Marseille

vous propose

Déconfinement

Réouverture de la librairie

du mardi au samedi

10h-13h / 15h-19h

Après ce long confinement, nous sommes heureux de vous annoncer la réouverture de la librairie mardi 12 mai.
Alors bien sûr, il faudra être disciplinés, se laver les mains en entrant et en sortant, porter un masque, ne pas être trop nombreux… bref, être responsables.
Mais vous pourrez à nouveau flâner dans les rayons, toucher les livres, lire les quatrièmes de couverture. Et nous serons là pour vous conseiller, discuter, vous orienter, comme avant !
Dans un premier temps, nous reprenons avec des horaires un peu différents. Vous pourrez venir du mardi au samedi de 10h à 13h puis de 15h à 18h.
Si vous souhaitez continuer à nous passer des commandes et à venir les retirer sur le pas de la porte de la librairie, c’est toujours possible. Précisez-le simplement en passant votre commande.
Les rencontres, ateliers, cafés… ne peuvent pour l’instant pas reprendre, mais nous vous concoctons un beau programme pour la rentrée !
Merci de nous soutenir comme vous le faites depuis presque 15 ans maintenant !
Nous sommes heureux de vous retrouver !

Confi (lec) ture # 8

Ramona Badescu

Moi, Canard

Cambourakis

mars 2016

CONFI (LEC) TURE n. f.
Lecture confinée, lecture casanière, mi casa es tu casa, lecture en (presque) pyjama. En ces temps bien contraints du chacun chez soi, Confi (lec) ture est le moyen que nous avons trouvé pour vous ouvrir (un peu) les portes de la librairie. Rencontres (reportées on l’espère) annulées, RDV manqués, quelques auteurs nous ont offert (par la lecture de ces extraits), un aperçu de ce qu’aurait (du) pu être notre programme de ce printemps 2020 marseillais. Comme un printemps réinventé. Merci infiniment à eux.

Pour ce Confi (lec) ture # 8 : Ramona Badescu (illustrations : Fanny Dreyer)

https://www.histoiredeloeil.com/sites/default/files/imagetitreconfilecturebadescu.jpg

Confi (lec) ture # 7

William Boyle

L'Amitié est un cadeau à se faire

Gallmeister

juin 2020

CONFI (LEC) TURE n. f.
Lecture confinée, lecture casanière, mi casa es tu casa, lecture en (presque) pyjama. En ces temps bien contraints du chacun chez soi, Confi (lec) ture est le moyen que nous avons trouvé pour vous ouvrir (un peu) les portes de la librairie. Rencontres (reportées on l’espère) annulées, RDV manqués, quelques auteurs nous ont offert (par la lecture de ces extraits), un aperçu de ce qu’aurait (du) pu être notre programme de ce printemps 2020 marseillais. Comme un printemps réinventé. Merci infiniment à eux.

Pour ce Confi (lec) ture # 7 : William Boyle

https://www.histoiredeloeil.com/sites/default/files/imagetitreconfilectureboyle.jpg

Confi (lec) ture # 6

Velibor Čolić

Le livre des départs

Gallimard

février 2020

CONFI (LEC) TURE n. f.
Lecture confinée, lecture casanière, mi casa es tu casa, lecture en (presque) pyjama. En ces temps bien contraints du chacun chez soi, Confi (lec) ture est le moyen que nous avons trouvé pour vous ouvrir (un peu) les portes de la librairie. Rencontres (reportées on l’espère) annulées, RDV manqués, quelques auteurs nous ont offert (par la lecture de ces extraits), un aperçu de ce qu’aurait (du) pu être notre programme de ce printemps 2020 marseillais. Comme un printemps réinventé. Merci infiniment à eux.

Pour ce Confi (lec) ture # 6 : Velibor Čolić

https://www.histoiredeloeil.com/sites/default/files/imagetitreconfilecturecolic.jpg

Confi (lec) ture # 5

Didier Da Silva

Dans la nuit du 4 au 15

Quidam

novembre 2019

CONFI (LEC) TURE n. f.
Lecture confinée, lecture casanière, mi casa es tu casa, lecture en (presque) pyjama. En ces temps bien contraints du chacun chez soi, Confi (lec) ture est le moyen que nous avons trouvé pour vous ouvrir (un peu) les portes de la librairie. Rencontres (reportées on l’espère) annulées, RDV manqués, quelques auteurs nous ont offert (par la lecture de ces extraits), un aperçu de ce qu’aurait (du) pu être notre programme de ce printemps 2020 marseillais. Comme un printemps réinventé. Merci infiniment à eux.

Pour ce Confi (lec) ture # 5 : Didier Da Silva

https://www.histoiredeloeil.com/sites/default/files/imagetitreconfilecturedasilva.jpg

Confi (lec) ture # 4

Marion Brunet

Vanda

Albin Michel

février 2020

CONFI (LEC) TURE n. f.
Lecture confinée, lecture casanière, mi casa es tu casa, lecture en (presque) pyjama. En ces temps bien contraints du chacun chez soi, Confi (lec) ture est le moyen que nous avons trouvé pour vous ouvrir (un peu) les portes de la librairie. Rencontres (reportées on l’espère) annulées, RDV manqués, quelques auteurs nous ont offert (par la lecture de ces extraits), un aperçu de ce qu’aurait (du) pu être notre programme de ce printemps 2020 marseillais. Comme un printemps réinventé. Merci infiniment à eux.

Pour ce Confi (lec) ture # 4 : Marion Brunet

https://www.histoiredeloeil.com/sites/default/files/imagetitreconfilecturebrunet.jpg

Confi (lec) ture # 3

Michel Jullien

Intervalles de Loire

Verdier

février 2020

CONFI (LEC) TURE n. f.
Lecture confinée, lecture casanière, mi casa es tu casa, lecture en (presque) pyjama. En ces temps bien contraints du chacun chez soi, Confi (lec) ture est le moyen que nous avons trouvé pour vous ouvrir (un peu) les portes de la librairie. Rencontres (reportées on l’espère) annulées, RDV manqués, quelques auteurs nous ont offert (par la lecture de ces extraits), un aperçu de ce qu’aurait (du) pu être notre programme de ce printemps 2020 marseillais. Comme un printemps réinventé. Merci infiniment à eux.

Pour ce Confi (lec) ture # 3 : Michel Jullien

https://www.histoiredeloeil.com/sites/default/files/confilecture3micheljullien.jpg

Confi (lec) ture # 2

Clément Reychman

Un soupçon d'héroïsme

Flammarion

mars 2020

CONFI (LEC) TURE n. f.
Lecture confinée, lecture casanière, mi casa es tu casa, lecture en (presque) pyjama. En ces temps bien contraints du chacun chez soi, Confi (lec) ture est le moyen que nous avons trouvé pour vous ouvrir (un peu) les portes de la librairie. Rencontres (reportées on l’espère) annulées, RDV manqués, quelques auteurs nous ont offert (par la lecture de ces extraits), un aperçu de ce qu’aurait (du) pu être notre programme de ce printemps 2020 marseillais. Comme un printemps réinventé. Merci infiniment à eux.

Pour ce Confi (lec) ture # 2 : Clément Reychman

https://www.histoiredeloeil.com/sites/default/files/confi_lec_ture_2_-_clement_reychman.jpg

Confi (lec) ture # 1

Rebecca Lighieri

Il est des hommes qui se perdront toujours

P.O.L

mars 2020

CONFI (LEC) TURE n. f.
Lecture confinée, lecture casanière, mi casa es tu casa, lecture en (presque) pyjama. En ces temps bien contraints du chacun chez soi, Confi (lec) ture est le moyen que nous avons trouvé pour vous ouvrir (un peu) les portes de la librairie. Rencontres (reportées on l’espère) annulées, RDV manqués, quelques auteurs nous ont offert (par la lecture de ces extraits), un aperçu de ce qu’aurait (du) pu être notre programme de ce printemps 2020 marseillais. Comme un printemps réinventé. Merci infiniment à eux.

Pour ce Confi (lec) ture # 1 : Rebecca Lighieri

https://www.histoiredeloeil.com/sites/default/files/titre_0.jpg

 

Appel à contribution

Bibliothèque des 15 ans

Cette année, la librairie va fêter ses 15 ans et nous avons fermement l'intention de célébrer cela au mieux avec nos partenaires, nos collègues, avec, nous l'espérons, de nombreuses et belles surprises.

https://1.bp.blogspot.com/-yzjufamobn4/UbB9GHAKw9I/AAAAAAAAUt4/wni8DG0_I74/s1600/Soyez+sympas,+rembobinez+extrait+3.jpg

Mais avant tout, nous souhaitons le célébrer avec vous toutes et tous et avons envie de vous mettre à contribution pour constituer ce qui serait la bibliothèque des 15 ans de l'Histoire de l’œil.

Le principe est simple:
1. choisissez un livre que vous avez découvert à la librairie et qui vous a particulièrement marqué (en bien n'est-ce pas ? Tâchons d'être bienveillants pour ce coup ci !).
2. Proposez-nous une petite présentation de ce livre :
     a) une vidéo de 2 minutes maximum c'est top !
     b) un enregistrement sonore de 2 minutes maximum c'est vraiment bien !
     c) un petit texte c'est encore chouette !
3. Nous faire parvenir ce clin d'œil par mail à contact@histoiredeloeil.com

La forme de présentation est bien sûr libre (résumé, lecture d'un extrait, interprétation à plusieurs d'un dialogue, mise en musique... déguisements autorisés mais pas obligatoires).

Nous aimerions pouvoir par la suite diffuser cette bibliothèque, via notre site internet et notre Facebook dans un premier temps, puis avec une belle vitrine de tous ces ouvrages à l'automne prochain.

Allez, soyez sympa, faîtes-nous un petit truc !

Coups de cœur

Pour Lucky - Aurélien Delsaux
Pour Lucky
Aurélien Delsaux
Notabilia NsB

Grosse claque que ce Pour Lucky, tant pour la profondeur des personnages, pour la parfaite captation de leur environnement, que pour la langue créée par Aurélien Delsaux, d’une inventivité folle en même temps que d’une grande simplicité, « virevoltant couteau papillon » (cf. Nicolas Mathieu).<
Lucky entre au lycée, sans trop le vouloir, on l’envoyait en mécanique sans lui demander son avis, mais il n’y avait plus de place. Avec "Mother", ils vivent chichement dans une cité. On imagine une petite ville, en bordure d’une campagne immédiate, voire de la montagne.
Et Pour Lucky, le temps d’une année scolaire et de deux étés, avec Diego et Abdoul, c’est évidemment cette notion de l’enfance qui s’éloigne, des jeux simples encore en court, du premier intérêt pour l’amour, des confidences, des projets futurs, pas ici forcément… C’est aussi l’histoire d’une amitié formidable entre ces trois garçons que beaucoup de choses séparent, mais que la géographie des oubliés rassemble.
Comment Aurélien Delsaux capte aussi bien ces jeunes, à cet endroit, aujourd’hui (cela pourrait bien être ailleurs et un peu avant, un peu après), est un mystère fulgurant. Et comme la manière dont il nous embarque est remarquable, on lit ce Pour Lucky d’un souffle.

Moi le Suprême - Augusto Roa Bastos
Moi le Suprême
Augusto Roa Bastos
Ypsilon

Il est quand même assez rare qu’un livre ait autant d’impact au moment de sa lecture. Celui-ci le conserve de surcroit des semaines, voire des mois après.
Jose Gaspar de Francia fut dictateur perpétuel de son pays de 1816 à sa mort en 1840. Sous son régime, le Paraguay a tenté, jusqu’à l’obsession de gagner et conserver son indépendance face à l’ingérence de ses voisins argentins et brésiliens mais aussi européens et nord-américains. Il a terrassé les élites civiles et militaires en place pour donner l’occasion au peuple de vivre un destin commun et égalitaire. Répartition des terres, instructions et indépendance financière et agricole, furent son credo. Sous son règne également, la terreur à éteint toute forme d’opposition et d’ingérence à la parole du Suprême.
Augusto Roa Bastos fait donc de cette histoire, politique, idéologique, diplomatique très complexe, un roman monstre.
Une forme magistrale. A la première personne le plus souvent, le dictateur lui-même livre ce récit, à la fin de sa vie. Son Histoire de son règne. Et ceci grâce à plusieurs "sources" : une circulaire perpétuelle à laquelle vient s’incruster le dialogue avec le secrétaire-copiste particulier, les carnets privés, les digressions oniriques, les souvenirs. Une Histoire que le romancier viendra, de façon tellement géniale et subtile, contrebalancer, évidemment, imaginant la présence du compilateur lui-même, réel ou prolongement de l’auteur, par quelques incursions et par l’appareil critique composé de nombreuses notes de bas de page.
Document historique, transe cosmogonique verbale, voix d’outre-tombe, le roman dans son invention permanente, Moi le Suprême est impressionnant et assurément un livre unique magistral et extraordinaire.


 

Françoise en dernier - Daniel Grenier
Françoise en dernier
Daniel Grenier
Le Quartanier

Françoise, jeune fille du Québec contemporain. A priori, sans histoire, scolarité et famille sans aspérités. Mais une personnalité singulière qui s’affirme. S’arrangeant, dans sa vie sociale, pour maintenir l’exacte distance nécessaire à sa tranquillité. Ayant construit une relation de confiance silencieuse avec ses parents. S’octroyant la liberté de "disparaître" quelques jours, et revenir et cultivant le goût de la solitude, celle qui ne sera concédée qu’aux rencontres privilégiées.
Plusieurs raisons lui donnent donc le désir, cet été-là, le bac en poche, de prendre la route vers les USA. Le prétexte du pèlerinage Kurt Cobain, retrouver sa "correspondante ferroviaire", partir sur les traces d’Helen Klaben, cette femme qui survécu dans les forêts du Yukon 49 jours avant d’être secourue, et dont un numéro de Life de 1963 (objet de grande valeur pour Françoise) relate l’épreuve.
Des kilomètres avalés, une propension à suivre son instinct, à se faire confiance et à faire confiance aux quelques-uns qui s’approchent, et surtout, l’affirmation d’un principe tenace : ne pas rogner sur sa soif de liberté.
Daniel Grenier invente Françoise qui ne cesse de vouloir élargir son horizon, et l’élan qu’il provoque grâce à sa langue est assez formidable.

J'adore - Mieko Kawakami
J'adore
Mieko Kawakami
Actes Sud

Hegeata et Mugi, deux enfants japonais se racontent l’un après l’autre (2 parties successives). Ce que c’est qu’être l’enfant unique dans une famille monoparentale avec chacun un adulte peu commun. Ces deux enfants-là, ces deux points de vue, sont des personnalités étonnantes en devenir, mais déjà tellement attachantes et curieuses dans leur manière de raconter un quotidien riche de rites de passage. Vers la classe supérieure, vers l’adolescence, vers les projets, vers la découverte de secrets.
Mieko Kawakami compose une chronique très cinématographique, très réaliste et troublante de justesse, réussissant à situer son scénario à la hauteur des enfants de 12 ans et aussi bien dans le Japon d’aujourd’hui que dans une géographie plus universelle tant elle évite les clichés.
Et puis bien sûr la succession des deux narrateurs permet encore mieux l’apparition d’une amitié indéfectible qu’ils vont se construire, en même temps qu’elle permet une progression très habile dans l’aventure qu’ils vont vivre ensemble.
J’adore est un roman vraiment plein de douceur et de bienveillance qui capte parfaitement cet âge où naïveté et clairvoyance se mêlent. Surtout, c’est un roman qui se lit d’une traite avec un plaisir croissant.

Tous nos coups de cœur

L'Histoire de l'œil est spécialisée
dans les formes contemporaines

Infos pratiques

Horaires

du mardi au samedi
de 10h à 19h

Galerie

www.galerieho.com

Café / Wifi

Coordonnées

Histoire de l'oeil
25, rue Fontange
13006 Marseille
04 91 48 29 92
contact[at]histoiredeloeil[dot]com