A. LEFRANC & A. CALLEJA
vendredi 18 octobre à 19h
MARK SAFRANKO
vendredi 25 octobre à 19h
Paysageur
Vendredi 15 novembre à 19h
Bienvenue à la librairie Galerie Histoire de L'Oeil
GABRIEL TALLENT
mercredi 9 octobre à 19h
J. BAQUÉ & Th. CASCIANI
mardi 8 octobre à 19h
ACTORAL
du 20 septembre au 12 octobre
LAURE LIMONGI
vendredi 4 octobre à 19h
Journal d'un maître d'école
26-27 septembre à 19h
JANE HIRSHFIELD
vendredi 20 septembre à 19h

Actualités, rencontres, événements

Histoire de l'œil,

Librairie à Marseille

vous propose

Rencontre - Lectures

Alban Lefranc & Arno Calleja

Vendredi 18 octobre à 19h

Rencontre - Lectures croisées avec deux belles curiosités de cette rentrée littéraire. Arno Calleja, avec Un Titre simple (éditions Vanloo) et Alban Lefranc, L'Homme qui brûle (éditions Rivages).

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/41OJKNFkdmL.jpg

Chaque matin, un garçon tient son journal. C'est un journal d'écriture, un journal impersonnel. Le garçon est sans titre, sans identité. Son désir : sortir du programme, se perdre dans les images, flotter dans un présent continu. Violente, l'écriture de ce journal retient mal les dates, et à peine les faits. Pas de dates, donc, mais des milieux (des bars, des forêts, des lacs) où se dissoudre. Pas d'impressions mais des scènes de rues, des scènes de chambres, aussitôt vues, aussitôt transcrites. Pas de poèmes mais des coups de couteau, des explications emportées, des anti-poèmes. Pas de pensées mais des rêves, des détonations, des exorcismes. Vivre saoul. Survivre. S'étranger. S'échapper du genre, déparler, subir les modifications : voilà les travaux et les jours.

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51p0OwowOzL.jpg

Luc Jardie voudrait réunir dans un seul livre toutes ses obsessions : Thomas Münzer, révolutionnaire et théologien, Alain Delon, le porno californien, l'apocalypse et sa mère. Mais le monde autour de lui glisse dans le chaos, et la figure de la mère, terrifiante et comique, menace d'absorber toutes les autres...
Dans cette fable romanesque à l'humour incisif et au style incandescent, Alban Lefranc retrace les efforts désespérés d'un homme pour s'affranchir du poids du passé et survivre à l'enfer du monde contemporain.

Rencontre - Lecture

Mark SaFranko

Putain d'Olivia

Vendredi 25 octobre à 19h

Rencontre exceptionnelle avec Mark SaFranko pour la retraduction (Annie Brun) aux éditions La Dragonne de Putain d'Olivia.

https://inculte.fr/app/uploads/2019/06/lire-08-06-photo-papier-principal-safranko1-434x542.jpg

Mark SaFranko est né en 1950, et vit dans le New Jersey, à deux pas de Manhattan. Traduit dans plusieurs pays, auteur d’une œuvre foisonnante (romans, nouvelles, poésie, théâtre…), il est également acteur et musicien. Reconnu comme l'une des figures emblématiques de l'underground new-yorkais, il doit son statut d'auteur culte aux défuntes éditions 13e Note, qui ont publié ses premiers livres en France voici quelques années (désormais indisponibles, malheureusement).

Putain d’Olivia est le premier opus d’une tétralogie consacrée à Max, possible clone de Mark SaFranko. Suivent Confessions d'un loser, Dieu bénisse l'Amérique et Travaux forcés.

La Dragonne a en outre publié trois autres titres de Mark SaFranko, Incident sur la 10e avenue, Léger glissement vers le blues et Un faux pas.

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/41jxpoAMDrL.jpg

New York, milieu des années 70. Les rencontres se font au piano-bar. Entre Max Zajack, apprenti-écrivain abonné aux petits boulots et Olivia, brune énigmatique et sensuelle, c’est le coup de foudre. Ils se jettent à corps perdu dans une relation torride.
Mais ces débuts idylliques vont prendre une tournure inattendue : Olivia, éternelle insatisfaite, s’avère peu à peu incontrôlable, au grand dam de Max, lui-même victime de ses démons intérieurs. Les voilà consumés par le feu d’une passion toxique et addictive, sur fond de sexualité exacerbée. Pourront-ils sortir indemnes de cette spirale infernale, réaliser malgré tout les rêves qui les habitent ?

Coups de cœur

A travers - Tom Haugomat
A travers
Tom Haugomat
Thierry Magnier

À travers suit la trajectoire d’un homme au destin singulier, qui chérit le rêve de devenir astronaute. De sa naissance à sa mort, toutes les grandes étapes de sa vie sont évoquées. Le principe du livre repose sur un jeu de regards entre ce que vit le personnage et ce qu’il voit, toujours à travers un prisme particulier (le trou de la serrure, une loupe, une fenêtre, un écran, etc.). Un livre graphique à la beauté éblouissante

L'Arbre Monde - Richard Powers
L'Arbre Monde
Richard Powers
Cherche Midi

Le roman commence par neuf nouvelles somptueuses. Chacun des personnages, tous atypiques, est ainsi parfaitement campé. Que ce soit par exemple Nick, héritier d’un flip-book photographique unique, témoignant de l’évolution du châtaigner familial depuis presque 100 ans, que ce soit, autre exemple, Patricia, initiée à la nature par un père bourlingueur et qui deviendra une chercheuse reconnue puis conspuée pour ses théories trop ambitieuses sur les systèmes de communication entre les arbres : tous ont au départ un rapport, de très près ou d’un peu plus loin, aux arbres en général, à une espèce en particulier. Tous vont en tout cas le développer, et bien au-delà. Richard Powers imbriquera les destins de certains d’entre-eux, en laissera d’autres à la lisière mais chacun apportera sa pierre à l’édifice monumental qu’est L’Arbre Monde : explorer notre rapport aux arbres aujourd’hui, et par là, notre relation à la vie.
Quelques fois un peu mystiques, parfois activistes, d’autres pragmatiques, ces chemins empruntés sont multiples et infinis, au gré d’un foisonnement de digressions et de croisements que permet ce chœur de personnages. Sorte de roman total, protéiforme et sublime, L’Arbre Monde, forêt d’une densité puissante et hypnotique, ne peut nous laisser indifférent et pour sûr, chaque arbre petit ou grand, ne sera plus regardé de la même manière et sera chargé d’une symbolique jamais envisagée.

 

L'Île aux troncs - Michel Jullien
L'Île aux troncs
Michel Jullien
Verdier

Quelques années après la fin de la deuxième guerre mondiale, les jeunes vétérans russes estropiés sont beaucoup moins célébrés. Pire, ils ne font même plus tellement bon genre à ainsi mendier dans les rues de Moscou et Leningrad. Alors on va les envoyer en "pension", tous frais payés, bien loin, bien isolés sur l’île de Valaam. Kotik et Piotr sont deux d’entre-eux. L’un est un "samovar" comme la quasi-totalité des pensionnaires, l’autre est l’exception. Double amputé, il l’est bien, mais il a gardé une jambe. Dans l’Île aux troncs, Michel Jullien choisit une nouvelles fois une contrainte. Et comme d’habitude elle n’est pas purement stylistique. Elle est physique. Elle vient des sens, et ici, de l’absence de membres ce qui lui donnera le loisir de décaler le déplacement, le ressenti, les espoirs et la manière d’inventer et de penser une communauté. Au gré des journées de nos deux héros, de leur obstination administrative, de leur soûlographie, de leur culte pour Natalia Mekine, membre émérite des "sorcières de la nuit", et finalement des préparatifs de leur grande expédition, Michel Jullien excelle encore dans l’art d’écrire la sensation. S’il donne l’impression de renouveler son style sans cesse c’est par la nouvelle contrainte que lui impose son sujet. Mais il garde la même grande finesse et la même rare précision du langage pour donner vie à ses personnages et construire en nous de magnifiques images.

Le Monarque des ombres - Javier Cercas
Le Monarque des ombres
Javier Cercas
Actes Sud

Dans quasiment tous ses romans, Javier Cercas démontre comment la littérature peut concourir à la compréhension de l’histoire complexe d’un pays et compenser la trop facile volonté d’oubli de décennies douloureuses. A chaque fois, il questionne le rapport de tout un chacun à cette histoire, à travers lui-même et ses réticences à aborder de tels sujets. Et parfois il questionne son rapport personnel et familial à l’histoire politique de son pays. Les dernières pages d’Anatomie d’un instant où il évoque les discussions politiques avec son père, sont à ce titre magnifiques. Avec Le monarque des ombres, non sans y aller à reculons, il met cette fois-ci complètement les pieds dans le plat et nous propose de comprendre les tensions inhérentes à son histoire familiale. Et c’est une nouvelle fois une réussite formidable de réflexion socio-politique. Manuel Mena, son grand-oncle fut, alors engagé sous la phalange, tué pendant la guerre civile. Cet engagement et la façon dont il fut longtemps célébré dans la famille de Cercas sont encombrants pour l’auteur. Mais c’est en expliquant ce personnage qu’il nous propose de nous plonger dans la psychologie de cette Espagne rurale des années 30 et d’ainsi comprendre les événements et les décennies suivantes. Le monarque des ombres est magistralement mené, suivant trois fils narratifs : l’enquête de Cercas aujourd’hui, la vie de Manuel Mena jusqu’à sa mort et les grands événements de l’époque et de la guerre qui précède l’arrivée de Franco au pouvoir. Et l’émotion et l’introspection qui transpirent de ce texte ajoutent avantageusement à la maîtrise de la littérature et du point de vue dont Cercas sait fait preuve depuis longtemps.

Tous nos coups de cœur

L'Histoire de l'œil est spécialisée
dans les formes contemporaines

Infos pratiques

Horaires

du mardi au samedi
de 10h à 19h

Galerie

www.galerieho.com

Café / Wifi

Coordonnées

Histoire de l'oeil
25, rue Fontange
13006 Marseille
04 91 48 29 92
contact[at]histoiredeloeil[dot]com