Agnès de Clairville
Vendredi 7 octobre à 19h
Zeyn Joukhadar
Mardi 11 octobre à 19h
Élodie Petit
Jeudi 13 octobre à 19h
Pauline Barzilaï
Samedi 15 octobre à 10h30
Marie Kock - Vieille fille
Mercredi 28 septembre à 19h
Les Petits Matins - Actoral
Jeudi 29 septembre à 19h
Bienvenue à la librairie
du mardi au samedi 10h-19h

Actualités, rencontres, événements

Histoire de l'œil,

Librairie à Marseille

vous propose

RENCONTRE

Agnès De Clairville

La poupée qui fait oui

Vendredi 7 octobre à 19h

Agnès de Clairville vient nous présenter son premier roman La poupée qui fait oui paru à le rentrée aux éditions HarperCollins, collection Traversée. La poupée qui fait oui

Fin des années 80. Arielle, une adolescente de bonne famille, est mise en internat par ses parents pour la protéger. Ils ne se doutent pas que dès le premier soir, tout dérape. Elle va faire des rencontres toxiques, prendre de mauvaises décisions, repousser les limites jusqu’à se perdre. Comment faire face aux désirs des autres lorsqu’on n’est pas préparé à la vraie vie ? Comment dire non ? Les points de vue s’alternent, on comprend ce qui a façonné Arielle avec le passé familial. La lecture est fluide et très juste. Un regard actuel sur la société et ses dérives.
À partir d'une tragédie qui touche nombre de femmes, Agnès de Clairville a bâti un roman étincelant où se côtoient la stupeur, la colère, la tendresse et une implacable lucidité.

https://media.vanityfair.fr/photos/63121f181b4bb83bad81ccac/1:1/w_3779,h_3779,c_limit/DE%20CLAIRVILLE_Portrait%20%C2%A9Melania%20Avanzato.jpg

Agnès de Clairville est née en 1968 en Normandie et vit aujourd'hui à Marseille. Scientifique de profession, elle a d'abord travaillé la photographie avant de se dédier à l'écriture. La poupée qui fait oui est son premier roman. ©Melania Avanzato / photo bandeau ©Laurent Castellani

RENCONTRE

Zeyn Joukhadar

Les trente noms de la nuit

Mardi 11 octobre à 19h

Zeyn Joukhadar sera exceptionnellement à Marseille mardi 11 octobre,pour une rencontre autour de son roman Les trente noms de la nuit qui vient d'être publié en français aux éditions Rue de l'échiquier.
La rencontre sera animée par Nino Dufour, traducteur du livre.

Jeune queer d’origine syrienne installé à New York, le personnage principal des Trente Noms de la nuit tente de trouver sa place au sein d’une communauté qui ne le comprend pas. Mal dans son corps, il vit reclus avec sa grand-mère malade, dont il s’occupe avec tendresse. Il ne se sent vraiment libre qu’en s’éclipsant dans les rues de Little Syria, un quartier de Manhattan désormais supplanté par le monde de la finance, où il réalise des fresques d’oiseaux.

Une nuit, les recoins d’un immeuble abandonné lui livrent un carnet qui va bouleverser sa vie. Il s’agit du journal de Laila Z, une artiste syrienne émigrée aux États-Unis qui a consacré sa carrière à peindre les oiseaux d’Amérique du Nord. Au fil des pages, le narrateur découvre combien le passé de Laila Z est intimement lié à celui de sa famille, notamment à celui de sa mère, ornithologue, morte cinq ans auparavant dans un incendie suspect...

The Thirty Names of Night,' by Zeyn Joukhadar book review - The Washington  Post

Originaire de New-York, Zeyn Joukhadar est un.e écrivain.e syro-américain.e, déjà auteurice de deux romans qui ont reçu un bel écho médiatique.
Paru en 2020, Les Trente Noms de la nuit a remporté le Lambda Literary Award for Transgender Fiction, et le Stonewall Book Award – Barbara Gittings Literature Award
Iel a été chercheur.se dans le domaine biomédical avant de changer de carrière et de se consacrer exclusivement à l’écriture.

©Neha Gautam

LECTURE

Élodie Petit

Fiévreuse Plébéienne

Jeudi 13 octobre à 19h

Jeudi 13 octobre, Élodie Petit viendra à la librairie pour lire des extraits de son recueil Fiévreuse Plébéienne sorti en mai dernier aux Éditions du Commun, en compagnie de Milon, Noam Denuit et Mona Servo.

Couverture du livre Fiévreuse plébéienne

"On habite ce que l’on peut : la faïence, la baignoire, le hlm, le trottoir, on construit une cabane. Du début à la fin on utilise l’amoure comme survie collective." Fiévreuse plébéienne est un texte qui interroge la façon d’habiter son corps, le monde, ses désirs. Ça parle d’amoure, de précarité, de joie punk et émo, de sexualité. Ça emmêle directement le corps au politique, ça prône haut et fort l’expérimentation et la satire, ça précise une volonté très forte de faire la révolution.Fiévreuse Plébéienne révèle ce que Élodie Petit nomme la Langue Bâtarde : une littérature prolétaire, proche du réel, expérientielle, menaçante et gouine. Surtout, ça rappelle tout ce que l'écriture peut être : libre, tellement libre, à l'infini.

 

auteure,autrice,lesbienne,Elodie Petit,Fiévreuse Plébéienne,anthologie douteuses,poésie,littérature

Poète queer, éditrice, performeuse, membre du collectif RER Q, Élodie Petit écrit de la poésie depuis une quinzaine d’années. Ses textes ont déjà été publiés dans différents magazines, journaux, brochures. Elle a fondé les éditions Douteuses, avec lesquelles elle a diffusé une partie de ses textes. Une anthologie est sortie chez Rotolux press (Anthologie Douteuses (2010-2020), Élodie Petit et Marguerin Le Louvier, Rotolux press, 2021)

©Gaëlle Matata

ATELIER

Pauline Barzilaï

Maddi dans la grotte

Samedi 15 octobre à 10h30

Rejoignez Pauline Barzilaï pour reconstituer une grotte inspirée par l'univers de l'album Maddi dans la grotte paru cette année aux éditions Memo! Sous forme de frise collaborative, le public pourra construire, peindre, découper une grotte multicolore. Un atelier proposé dans le cadre d'Automne en Librairie organisé par Libraires du Sud.

Tout public à partir de 6 ans. Sur réservation.
éditions MeMo — Maddi dans la grotte

Dans ce premier album paru aux éditions Memo, Suivez Maddi dans une grotte étrange, où les rencontres s’enchaînent. Chat grelottant, spectacle vivant, adultes tricheurs, la grotte ne cesse de nous surprendre. Tour à tout inquiétant, merveilleux ou drôle, ce lieu reflète le quotidien de cet enfant, qui, sans aucun affrontement, avance, libre, refusant tout contrainte.

De liberté il est aussi question quant au traitement pictural que Pauline Barzilaï réserve à ses personnages et à ses décors. Formes souples et libres, couleurs franches, personnages fantasmagoriques, l’autrice emprunte autant à l’imagerie populaire qu’au fauvisme, dans cette  aventure où les enfants sont maîtres de leur destin.

Pauline Barzilaï

Pauline Barzilaï a étudié à la HEAR (Strasbourg) et à la Kunsthochschule Weissensee (Berlin), entre 2006 et 2011. Sa formation, portant sur l’illustration et l’image imprimée, l’a menée à développer une pratique protéïforme, mêlant dessin, livre, peinture, textes, images imprimées et animées. Active dans l’univers créatif associatif, elle collabore à de nombreux festivals, fanzines et magazines (Panthère Première, Mille Cosmos).

© Judith Deschamps.

 

RENCONTRE

Marie Kock

Vielle fille

Mercredi 28 septembre à 19h

Rencontre avec Marie Kock autour de son livre Vieille fille qui vient de paraître aux éditions La Découverte. Mêlant récit personnel, pop culture et études sociologiques, Vieille fille formule une hypothèse : qu’il est possible d’inventer d’autres manières de vivre, pour soi et avec les autres, de trouver l’amour ailleurs, autrement. D’avoir, simplement, envie d’autre chose.

Vieille fille - Marie Kock
On la dit laide, revêche, frigide, avare, aigrie, ennuyeuse et ennuyée. On l’imagine avec ses chats, ses pelotes de laine et sa solitude. Parce qu’elle n’a pas eu la chance de trouver un mari ou de faire des enfants, la vieille fille représente un échec. Elle est celle qui n’a pas joué ou qui a perdu au jeu de l’amour. Elle est ce que l’on ne souhaite pas aux jeunes filles de devenir, une image épouvantail.

Pourtant, la vieille fille a-t-elle vraiment un destin aussi peu enviable ? Lui a-t-on d’ailleurs demandé son avis ? Et si la vieille fille ne racontait finalement pas tant sa propre condition qu’elle ne tendait un miroir à celles qui ont eu la chance de ne pas connaître ce sort honteux ? Si elle était plutôt celle qui échappe aux carcans, à la surveillance, aux loyautés et aux alliances impossibles à défaire, à l’espace et au temps constamment partagés ?

Marie Kock

Marie Kock est journaliste. Diplômée de l’École supérieure de journalisme de Lille. Elle est l’autrice de Yoga, une histoire-monde, paru en 2019 aux éditions La Découverte.

Coups de cœur

Petite femme montagne - Terese Marie Mailhot
Petite femme montagne
Terese Marie Mailhot
Dépaysage

Ce roman est édité aux éditions Dépaysage, dans la collection Talismans, dédiée aux écritures autochtones d’Amérique du Nord. Celui-ci est un récit autobiographique, qu’on pourrait plutôt qualifier de non-fiction. Beaucoup de sujets s’y croisent : maternité, santé mentale, rapport à l’écriture, violences sexistes, regard raciste. Terese Marie Mailhot livre un récit très intime, dans une forme tellement directe qu’elle est parfois brutale, et toujours sans concessions.

Colza - Al Baylac
Colza
Al Baylac
Blast

Dans une langue poétique, métaphorique et hyper rythmée, Al Baylac nous emporte dans l’intimité d’une enfance gersoise, de son désir lesbien, du trouble dans le genre, de la détestation des hommes. Dans Colza on rencontre une famille, des amoureuses et des amantes, un professeur de piano pédocriminel, mais aussi une galerie de personnages fantastiques comme Miumiu de Lalave, Heren Dosei ou Manolya, tout ça bercé par Bronski Beat, Green Day, Booba et Rihan

Saga Blackwater - Michael McDowell
Saga Blackwater
Michael McDowell
Monsieur Toussaint Louverture

Alabama, 1919. Une crue a submergé le village de Perdido. Dans le village englouti, Oscar Caskey et son domestique Bray Sugarwhite, trouvent Elinor Dammert, qui affirme avoir survécu plusieurs jours dans le village inondé. L’arrivée de cette femme dans la vie du village intrigue, surprend, dérange. Dans cette saga en six tomes, Michael McDowell, par ailleurs scénariste de Beetlejuice, nous entraîne dans la vie de ce village et de la famille Caskey, dans lesquelles la mystérieuse Elinor sème le trouble, toujours au bord du fantastique et de l’horreur sans jamais y entrer vraiment.

De notre monde emporté  - Christian Astolfi
De notre monde emporté
Christian Astolfi
Le bruit du monde

C’est le regard de François qui nous embarque dans les Chantiers Navals de La Seyne sur Mer. De son entrée comme jeune ouvrier dans les années 70 jusqu’aux procès suite aux maladies causées par l’amiante, en passant par la restructuration, la fermeture et les luttes syndicales des chantiers. Un roman d’une simplicité et d’une sincérité très touchante, où la fraternité et la culture ouvrière donnent de la force.

Tous nos coups de cœur

L'Histoire de l'œil est spécialisée
dans les formes contemporaines

Infos pratiques

Horaires

du mardi au samedi
de 10h à 19h

Galerie

www.galerieho.com

Café / Wifi

Coordonnées

Histoire de l'oeil
25, rue Fontange
13006 Marseille
04 91 48 29 92
contact[at]histoiredeloeil[dot]com