FIDMarseille 2016
du 12 au 18 juillet
Horaires d'été
10h-13h / 16h-20h
Lussas 2016
du 21 au 27 août
Flexapedia
Samedi 25 juin à 14h00
A. Damasio - J. Barbéri
Vendredi 17 juin à 19h00
Velibor Čolić
Jeudi 2 juin à 19h00
Journée Ateliers
samedi 4 juin
Revue Nioques
jeudi 21 avril à 19h00
HEU-REUX ! / Atelier jeunesse
samedi 16 avril à 15h00
Band of Watts ?
Samedi 9 avril à 19h30
Mathilde Chèvre & Walid Taher
Samedi 26 mars à partir de 14h
Biennale des Ecritures du Réel
du 2 au 26 mars
Gérard Mordillat
Samedi 12 mars à 12h00
Bienvenue à la librairie Galerie Histoire de L'Oeil
HO a 10 ans !
depuis novembre 2015

Actualités, rencontres, événements

Histoire de l'œil,

Librairie à Marseille

vous propose

Festival

FIDMarseille 2016

Du 12 au 18 juillet

Retrouvez cette année la librairie du Festival à la Villa Méditerranée. Tous les jours de la première à la dernière projection, Histoire de l'Oeil proposera une large sélection de livres et DVD en lien avec la programmation et avec l'actualité du cinéma.

Afficher l'image d'origine

Chaque année début juillet, le FIDMarseille, Festival International de Cinéma de Marseille, présidé par Paul Otchakovsky-Laurens et dirigé par Jean-Pierre Rehm, propose un programme de 130 films à près de 23 000 spectateurs, dans des cinémas, théâtres, bibliothèques, galeries d’art, amphithéâtres en plein air, à Marseille. Le festival présente un grand nombre de films en première mondiale, de premiers films, et s’impose aujourd’hui comme un gisement de nouvelles cinématographies, productions documentaires aussi bien que fictions.
Le FIDMarseille organise également le FIDLab, plateforme de soutien à la coproduction internationale, le FIDCampus, atelier de formation d’étudiants méditerranéens, et de nombreuses projections hors les murs pendant toute l’année.

Vous pouvez d'ores et déjà compiler votre programme en suivant ce lien et consulter le catalogue du festival en ligne.

En dehors de compétitions officielles, internationale et française, vous retrouverez comme chaque année les écrans parallèles du FID et notamment cette année, la rétrospective Hong Sang-Soo.

 

Il fait chaud !

Horaires d'été...

et courte pause

Cet été la librairie fermera ses portes 4 petites journées :

le jeudi 14 juillet (mais notre librairie du FID sera ouverte à la Villa Méditeranée !).

les 2, 3 et 4 août.

Pour le reste, du 19 juillet au 20 août, l'équipe d'HO vous propose d'adapter ses horaires au climat... La librairie ouvrira ses portes tous les jours de 10h à 13h, puis de 16h à 20h...

Bel été à toutes et à tous.

Festival

États généraux du film documentaire

Lussas 2016

du 21 au 27 août

Fin août, Histoire de l'Oeil se délocalise en Ardèche à Lussas, pour proposer sa librairie cinéma pendant les États généraux du film documentaire.

Manifestation non compétitive, la ligne éditoriale des États généraux est profondément marquée par trois axes de programmation :

- les séminaires et ateliers développent, sur plusieurs séances, une réflexion théorique sur le cinéma (accessibles sur pré-inscription).

- les rencontres professionnelles proposent des temps privilégiés d'échange entre les différentes catégories professionnelles, destinés à s'informer, se mobiliser et à engager une réflexion commune à tous les secteurs de la profession autour des perspectives économiques et de diffusion du documentaire.

- les programmations "Films" permettent de découvrir ou revisiter des œuvres documentaires exceptionnelles, des filmographies ou l’évolution du documentaire d’un pays. La sélection Expériences du regard s'intéresse tout particulièrement à la production francophone européenne de l’année et met en avant des œuvres récentes et peu diffusées ; Histoire de doc renforce la dimension de formation à travers la programmation d’œuvres de référence ou de patrimoine ; Fragments d'une œuvre propose des rétrospectives d'auteurs confirmés ou la découverte de la filmographie de jeunes auteurs ; Route du doc propose de faire le point sur l’évolution du documentaire hors de nos frontières. Et les séances plein air du soir n’oublient pas les films à caractère plus événementiel...

Pour vous faire une idée, l'avant programme du festival est déjà disponible...

Coups de cœur

Manuel d'exil - Velibor Colic
Manuel d'exil
Velibor Colic
Gallimard

Quand on veut parler de Manuel d’Exil de Velibor Colic, on ne parvient pas facilement à insérer les accents serbo-croates sur les lettres ici, et c’est dommage, ça leur donne littéralement—oui—un panache, a plume indeed, qu’aucun diacritique de notre alphabet si commun et si latin ne peut approcher ; l’accent, tout juste, disparu sous la déambulation européenne, qui nous conduit de pluie bretonne en charcuterie hongroise, et nous laisse pantois, comme affamé d’en engouffrer davantage. Parfois pourtant, sans entendre rien de l’exquise dissonance de cette prononciation allophone de notre sacrée langue qu’on se plaît parfois à railler mais qu’on goûte en secret, dont on se délecte chez l’amie américaine et l’invité japonais, on devine des consonnes aussi dures que le plomb tombé sur Sarajevo, et parce qu’on ne peut croire la facilité avec laquelle l’auteur se joue de la langue dans laquelle il s’exila, on se prend (déjà arrivé à la page 47 !) à retourner à la page de titre et à chercher, en vain, le nom de l’estimable confrère traducteur, mais rien, non vraiment.

Le sous-titre, pour aiguillonner davantage s’il le fallait, la curiosité : Comment réussir son exil en trente-cinq leçons. On trouvera dans ces leçons, pêle-mêle, des petites miettes laissées dans le siècle par Paul Celan, Primo Levi, des grosses boulettes de France Culture, Budapest, de la vodka bon marché, des échos assourdissants de la guerre fratricide (pléonasme, espérons-le toujours) de Yougoslavie, et surtout tout un rapport vécu, situé, senti et écrit (bon dieu !) à la langue, ici française, mais pas seulement. On peut rire, parfois.

Grand cirque déglingue - Marco Lodoli
Grand cirque déglingue
Marco Lodoli
P.O.L

Trois trentenaires romains fréquentent la même école. L’un est professeur d’Italien, sans trop savoir comment, l’autre y est concierge, le troisième, footballeur raté, escroc rangé (plus ou moins), vient d’y reprendre ses études. Les trois sont animés d’une même envie de voir triompher l’anarchie, qui les verra, dans un premiers temps, organiser le rapt des Jésus des crèches romaines (avec un succès mitigé), et dans un second temps monter le Grand Cirque Déglingue, réunion d’éclopés, d’aveugles et de chiens savants sensé éveiller les consciences des villages péri urbain. Le succès sera encore là mitigé, leur entreprise se teintant progressivement de la couleur de la loose.

Lodoli livre un texte très drôle mais aussi comme toujours soigné et très beau, comme lorsqu’il évoque le quatrième grand personnage du roman, Sara, qui brille tout le long par son absence, mais qui lie pour toujours les trois nickelés, sœur de l’un et ayant fait chavirer le cœur des deux autres.

La maison dans laquelle - Mariam Petrosyan
La maison dans laquelle
Mariam Petrosyan
Monsieur Toussaint Louverture

Récent opus du toujours excellent Monsieur Toussaint Louverture, La maison dans laquelle décrit la vie et l’organisation d’un groupe d’adolescent dans une sorte de pension. L’organisation en bande, la formation des personnalités, l’éclosion des chefs, la relation à l’institution, la découverte du territoire, cette maison, qui apparaît au fur et à mesure du roman comme un univers labyrinthique, mystérieux, inquiétant ou encore très enthousiasmant. À l’intérieur, ces adolescents « différents », vont aimer, se battre, défier l’autorité, s’auto organiser et surtout imaginer à foison. Unique ouvrage de Mariam Petrosyan, La maison dans laquelle est un livre monde que ne renierait pas Lewis Carroll ou même Faulkner.

Des morts qui dérangent - Paco Ignacio Taibo II & Sous-commandant Marcos
Des morts qui dérangent
Paco Ignacio Taibo II & Sous-commandant Marcos
Rivages

Déjà dans ses discours publics, le Sous-commandant Marcos avait pris l’habitude d’évoquer le politique de manière allégorique, par la littérature notamment. C’est évidemment dans cette optique qu’il proposa à son compatriote Paco Ignacio Taibo II, de participer avec lui à un exercice littéraire particulier : par la correspondance, ils écrieraient chacun à leur tour un chapitre qui ferait immédiatement suite à celui reçu. Publié sous la forme d’un feuilleton hebdomadaire, ce polar sera ensuite édité. Taibo II propose donc de côté son personnage d'Héctor Belascoarán Shayne détective éclopé, gauchiste à la conscience politique solide, déjà héros d'une douzaine de ses romans et en regard, Marcos crée le personnage d'Elías Contrarios, un détective zapatiste aventurier et téméraire. Dans cette métaphore de la lutte zapatiste au Chiapas, Des morts qui dérangent décrit avant l’histoire du Mexique en temps réel mais déjà un peu disparu.

Tous nos coups de cœur

L'Histoire de l'œil est spécialisée
dans les formes contemporaines

Infos pratiques

Horaires

du mardi au samedi
de 10h à 19h

Galerie

www.galerieho.com

Café / Wifi

Coordonnées

Histoire de l'oeil
25, rue Fontange
13006 Marseille
04 91 48 29 92
contact[at]histoiredeloeil[dot]com