Didier Castino
Vendredi 17 mars à 19h00
Delphine Bournay
Samedi 1er avril à 10h30
Clémentine Carsberg
Exposition du 13 au 29 avril
Bertin / Fernandez
Vendredi 3 mars à 19h00
Julien Dubuisson
Exposition du 3 au 25 février
Magyd Cherfi
Samedi 4 février à 12h30
Pascal Comelade / Pierre Hild
Mercredi 25 janvier à 19h00
Bienvenue à la librairie Galerie Histoire de L'Oeil
HO a 10 ans !
depuis novembre 2015

Actualités, rencontres, événements

Histoire de l'œil,

Librairie à Marseille

vous propose

Rencontre

Didier Castino

Rue Monsieur-le-Prince

Vendredi 17 mars à 19h00

Rue Monsieur-le-Prince (Liana Levi) est le nouveau roman de Didier Castino après le grand succès d'Après le Silence (Liana Levi, 2015).

Nous avons le plaisir de l'accueillir de nouveau pour une rencontre autour de ce deuxième ouvrage.

Hiver 1986. Dans toutes les villes de France, les étudiants se révoltent contre le projet Devaquet sur la réforme des universités. Dans le Sud, puis à Paris, Hervé prend part aux manifestations, persuadé d'être au coeur de l'Histoire en marche. Mais dans la nuit du 5 au 6 décembre, derrière la porte du 20, rue Monsieur-le-Prince, Malik Oussekine meurt sous les coups de la police après une course-poursuite. Le mouvement étudiant se termine dans la sidération. Trente ans plus tard, Hervé revient sur ce moment dont les échos l'obsèdent. Il restitue l'émotion d'un élan collectif, réinvente l'indicible, cherche à percevoir l'invisible derrière le fait divers. Le récit, porté par une écriture minutieuse et fluide, circule entre 1986 et aujourd'hui, entre faits et fiction, certitudes et doutes. Un roman inquiet, fiévreux, d'une grande humanité.

Exposition

Plancher Flottant

Clémentine Carsberg

Vernissage le 13 avril à 19h00

Intervention du 13 au 29 avril

http://www.galerieho.com/var/galerieho/storage/images/plancher-recadre-web/3630-1-fre-FR/plancher-recadre-web_reference.jpg

Pour son intervention à la galerie HO, l'artiste propose une autre pièce, une pièce en plus, une pièce à la surface inconnue, un étage qui se serait perdu en route, un peu de travers, beaucoup. Un parquet, beau, plongeant dans le sol.

"Sur le lieu d’exposition, la recherche que j’engage, est un travail de construction, d’installation in situ, de sculpture. L’intérieur domestique, la maison, l’architecture et les formes qui leurs sont propres, meublent mes espaces dans un élan d’économie. Le revêtement mural et la prégnance des motifs privilégient le souvenir visuel et permettent aux assemblages de se fondre dans le décor à la recherche d’un confort dans l’étonnement. L’échelle 1 propose aux interventions de s’agripper au réel tout en rasant les murs sur la pointe des pieds."
Clémentine Carsberg

Hors-les-murs

Partenariats

BMVR Alcazar - Montévidéo - TNM la Criée

HO continue de nouer de nombreux partenariats à l'extérieur de la librairie. Rendez-vous :

1er mars / Montévidéo / Muscle / Poésie / Présentation du nouveau numéro de la revue.

3 mars / BMVR Alcazar / Éditions Les Grandes Personnes / Littérature jeunesse / Comme chaque année, les étudiants du master Monde du livre vous propose de découvrir une maison d'édition. Cette année, les éditions Les Grandes Personnes seront présentes à 14h avec Brigitte Morel (éditrice) et Claire Dé (auteure de la maison). Entrée libre.

Afficher l'image d'origine

Du  au 4 mars / TNM la Criée / Mon Fric / Théâtre / De David Lescot - Mise en scène Cécile Backès.

Du 3 au 8 mars / TNM la Criée / Les guerriers Massaï / Théâtre / De et avec l’ethnologue Philippe Geslin - Mise en scène : Macha Makeïeff.

Du 9 au 11 mars / TNM la Criée / Terre noire / Théâtre / De Stefano Massini - Mise en scène : Irina Brook.

Terre Noire

29 mars / Montévidéo / Philippe Artières / Rencontre littéraire.

 

Coups de cœur

Les garçons de l'été - Rebecca Lighieri
Les garçons de l'été
Rebecca Lighieri
P.O.L

Les garçons de l’été est le deuxième roman qu’Emmanuelle Bayamack-Tam publie chez P.O.L sous le nom de Rebecca Lighieri. Et si cette pratique est répandue, elle étonne un peu chez Emmanuelle-Rebecca. Parce que quoi ? On retrouve chez les deux la même magie des personnages ciselés, sculptés et magnifiquement rendus dans leur complexité, comme on y retrouve aussi la même subtilité à les faire évolués dans notre contemporain si parfaitement croqué. Emmanuelle comme Rebecca touchent les travers et beautés du monde d’aujourd’hui avec le même humour et la même précision.

Ce que Rebecca permet à Emmanuelle est peut-être néanmoins un léger glissement dans le genre : Comme Husbands précédemment, Les Garçons de l’été tendent délicieusement vers le roman noir. Ici, une famille presque normale bascule dans le déséquilibre après la perte de la jambe du fils aîné (île de la Réunion + surf + Requin). Tout se révèle au fur et à mesure des monologues qui chapitrent le roman, chaque protagoniste prenant tour à tour la parole pour faire évoluer l’histoire et découvrir l’inquiétant. Les personnages et leur personnalité prennent alors progressivement une épaisseur et une tonalité étonnantes, le pire et le meilleur.

Roman noir très psychologique et super sensuel ou bien chronique dramatique contemporaine, la frontière est ici mince et tant mieux. Ce qui est sûr c’est que les pages de ces Garçons de l’été se tournent d’elles-mêmes. Quel plaisir !

Elise et Lise - Philippe Annocque
Elise et Lise
Philippe Annocque
Quidam

Élise et Lise se ressemblent beaucoup. Elles se complètent, elles sont amies. Mais sans doute cela est-il trop simple et, très vite, avec une parfaite maîtrise, Philippe Annocque donne à son « conte sans fées » du suspect, de l’inquiétude, dans ce quotidien si familier.

Les courts récits et ainsi les points de vue s’enchaînent : ceux de Lise, ceux d’Élise et ceux de Sarah également, amie de « seconde division » qui étudie à l’Université l’art du conte et qui livre ses acquis au fur et à mesure du récit, forçant ainsi la comparaison dangereuse entre la symbolique des histoires des Grimm ou Perrault et la relation des deux jeunes filles.

Annocque joue merveilleusement le rôle du chef d’orchestre entre toutes ces consciences pour mieux nous installer, très progressivement, dans une intrigue. Pour accélérer notre trouble et démontrer que, comme dans les contes, le léger cache parfois, souvent, le drame.

Chaleur - Joseph Incardona
Chaleur
Joseph Incardona
Finitude

Un concours de sauna en Finlande. Une farce. Dès lors ce Chaleur s’annonce des plus délicieusement loufoque. Mais renseignons nous un peu et nous découvrirons que ce concours existe bel et bien et que l’auteur s’est très librement inspiré de faits bien tangibles.

Et les personnages de Joseph Incardona participent à ce parfait décalage. Un acteur porno suédois à la métaphysique complexe et un ancien sous-marinier russe, machine d’abnégation. Tous deux participent au concours. Ils servent pourtant des thèmes bien connus : une rivalité ancrée, un  dernier rêve à accomplir, un passé trouble, un avenir plus qu’incertain.

Reste la manière d’utiliser ce décalage. Et dans ce domaine Incardona nous montre encore une fois une sacrée détermination.

Chaleur, c’est donc l’art subtile de nous embarquer exactement là où on ne pense pas aller, c’est à dire juste à côté.

Le Papillon - Andrus Kivirahk
Le Papillon
Andrus Kivirahk
Le Tripode

Maintenant qu’il est mort, August Michelson peut raconter.

Il peut raconter le théâtre de résistance qui, par la farce, le texte et le détournement, décale le quotidien de sa troupe et des spectateurs dans un pays trop rarement libre. Il peut raconter l’euphorie de la construction du théâtre, l’Estonia, l’évanescence de son épouse, dit le Papillon, sur qui toute la poésie repose.

Il peut raconter l’horreur de la guerre, l’oppression de l’occupation.

Andrus Kivirähk, en convoquant l’histoire du théâtre estonien, continue avec le Papillon (son premier texte en réalité) de nous introduire dans l’histoire si particulière et méconnue de son pays, avec toute la force, le sens de la fable et le soin permanent à mêler légende et réalité qui le caractérise depuis que nous l’avons découvert avec l’Homme qui savait la langue des serpents.

Tous nos coups de cœur

L'Histoire de l'œil est spécialisée
dans les formes contemporaines

Infos pratiques

Horaires

du mardi au samedi
de 10h à 19h

Galerie

www.galerieho.com

Café / Wifi

Coordonnées

Histoire de l'oeil
25, rue Fontange
13006 Marseille
04 91 48 29 92
contact[at]histoiredeloeil[dot]com