Pascal Comelade / Pierre Hild
Mercredi 25 janvier à 19h00
Magyd Cherfi
Samedi 4 février à 12h30
Julien Dubuisson
Exposition du 3 au 25 février
Bienvenue à la librairie Galerie Histoire de L'Oeil
HO a 10 ans !
depuis novembre 2015

Actualités, rencontres, événements

Histoire de l'œil,

Librairie à Marseille

vous propose

Rencontre

Pascal Comelade / Pierre Hild

Une galaxie instrumentale

Mercredi 25 janvier à 19h00

Une rencontre exceptionnelle à HO pour cette rentrée 2017. Éditeur, journaliste, auteur, Pierre Hild vient de publier aux éditions Le mot et le reste, Pascal Comelade, une galaxie instrumentale, passionnante biographie du génial musicien Catalan Pascal Comelade, qu'il signe «mais qui a véritablement été écrit à quatre mains». Analyse précise et détaillée de ses albums, anecdotes multiples et savoureuses, mises en perspective judicieuses : ce livre est un régal.

Pascal Comelade et Pierre Hild seront à Ho ce mercredi 24 janvier.

Afficher l'image d'origine

Depuis son premier disque publié en 1975, Pascal Comelade a tracé un parcours musical sans nul autre pareil en France. Cet enfant de la frénésie rock des années soixante et soixante-dix, passionné par les musiques populaires et la musique instrumentale, a déployé une œuvre profuse incluant de nombreuses collaborations avec notamment Richard Pinhas, P.J. Harvey ou Robert Wyatt. Ses compositions évoquent, suivant les époques et les mélanges, La Monte Young, MC5, Erik Satie, Jonathan Richman, Nino Rota, Captain Beefheart, Ennio Morricone, Suicide, etc. Apologiste de la reprise, praticien d’une forme de spontanéisme musical, ses thèmes instrumentaux ont aussi accompagné de nombreux films, ballets, et travaux de plasticiens – de Bob Wilson à Miquel Barcelo. Du folklore à l’underground, de la pataphysique au riff, de la musique répétitive aux instruments-jouets, voici une autre histoire, personnelle, comme un plat combiné toujours recomposé, de la musique de l’après-guerre à aujourd’hui.

Rencontre

Magyd Cherfi

Ma part de Gaulois

Samedi 4 février à 12h30

Magyd Cherfi est né le 4 novembre 1962 et passe son enfance à Toulouse. Dès le lycée, il écrit des scénarios de films amateurs. En 1981, il participe à la création de l’association Vitecri pour la promotion des cultures de banlieues. Cette association produira des courts métrages vidéo, des pièces de théâtre, et toutes formes de spectacles vivants et donne naissance au groupe Zebda.

Après La Trempe (2004) et Livret de famille (2007), Ma part de Gaulois est son troisième livre publié aux éditions Actes Sud.

Ma part de Gaulois

"Dire que j’écris me gêne, complexe d’ancien pauvre, d’ex-fils-d’immigré, d’épisodique schizophrène car j’suis devenu français. J’ai du mal à écrire car je m’écris et m’écrire c’est saisir une plaie par les deux bouts et l’écarter un peu plus. La plume m’a séparé de mes compagnons d’infortune, tous ces « Mohamed » de ma banlieue nord hachés menus par une société qui a rêvé d’un « vivre ensemble » sans en payer le prix. Je raconte une fêlure identitaire, un rendezvous manqué. C’était l’année 1981, la gauche arrivait au pouvoir la besace pleine de l’amour des hommes et les premiers Beurs accédaient au bac. Le bac, une anecdote pour les Blancs, un exploit pour l’indigène. Tout était réuni pour cette égalité des droits tant chérie. La promesse d’une fraternité vraie semblait frémir. Pourtant la rencontre de la France et de sa banlieue n’a pas eu lieu, elle n’a toujours pas vu la lumière car l’exception française persiste, celle d’être français et de devoir le devenir…" – Magyd Cherfi.

Cette rencontre est organisée avec Le Théâtre La Cité et cette invitation inaugure une série de rencontres et conférences dans le cadre du projet « Jeunes à vif, jeunes en devenir » initié par le Théâtre. Ce même week-end, vous pourrez également retrouver Magyd Cheri au MUCEM (vendredi 3 février à 19h00) et au Théâtre La Cité (samedi 4 à 20h00).

 

Exposition

Julien Dubuisson

Vernissage le mercredi 1er février à 19h00

Exposition jusqu'au 25 février

Une exposition de la Galerie HO.

pavillon nocturne web

Inspiré par la pièce d’Alberto Giacometti Le Palais à 4h du matin  (1932), Pavillon nocturne est conçu comme un « petit théâtre ». Un théâtre dans lequel les personnages ont été remplacés par des formes, l’histoire par les relations que ces formes entretiennent entre elles, les récits qu’elles portent ainsi que leur inscription dans l’histoire de l’art. La sculpture (la combinaison de six formes emboîtées) est une structure construite et close sur elle-même, il n’y a pas d’espace entre les pièces, aucun autre élément ne peut y entrer ni en sortir. A la fois «white cube» et «black box theater», cette forme à tiroirs se présente sous la forme d’une collection, un musée, une sépulture, une abstraction, une mort.
Une série de dessins accompagne cette oeuvre. Il s’agit de six dessins extraits d’un cahier dans lequel Julien Dubuisson dessine avec son fils Élias. L’artiste ajoute et efface ses traits à ceux de l’enfant.

 

Coups de cœur

Mister Alabama - Phillip Quinn Morris
Mister Alabama
Phillip Quinn Morris
Finitude

Alvin Lee Fuqua a la belle vie simple qu’il souhaite. Une maison léguée près des lacs et marais, un boulot de pêcheur de moules dangereux mais rémunérateur, et quelques bons potes. Sinon que son rêve de devenir Mr America s’est évanoui.

Et sinon que tout semble venir troubler cette sérénité. Son meilleur ami et mentor meurt. La femme de celle-ci s’installe chez lui avec enfants et une volonté farouche de vivre le plus « librement » possible. Les névroses de sa sœur comédienne prennent de plus en plus de places. Et les copains déconnent avec la marijuana. C’est beaucoup pour Alvin qui aurait préféré rester tranquillou et qui, décide finalement de se remettre férocement à la muscu, avec force stéroïdes…

Mister Alabama est la succession des étapes de la plongée en eau profonde d’un homme qui n’a rien demandé, une galerie de portraits de gentils outsiders qui ont, avant tout, choisi d’être libre.

Phillip Quinn Morris va droit au but avec beaucoup de bienveillance. Et en plus c’est parfaitement dôle !

Le Silence - Reinhard Jirgl
Le Silence
Reinhard Jirgl
Quidam

Le Silence, c’est comme une entrée dans l’intimité la plus profonde d’une famille allemande, et dans celle de l’histoire complexe, tourmentée et totalitaire, d’un pays au long du XXe siècle. La confidence d’un arbre généalogique comme étant celle de l’Universel. Le nouvel opus de Reinhard Jirg est vertigineux.

À l’occasion d’une dernière rencontre, un père et son fils évoquent le lourd héritage familial appuyé par l’album photo, compilé depuis un siècle. Où comment les histoires du passé déterminent la psychologie des vivants. Où comment les méandres chronologiques est-allemands forment une conscience collective à laquelle cette lignée n’échappe pas.

Alternance des dialogues et des voix intérieurs, inventions typographiques et syntaxiques, Reinhard Jirgl distille ses mécanismes stylistiques et narratifs pour mieux nous accrocher à chaque mot et à chaque sens, nous arrêter, nous questionner et nous livre, en plus de tout, une saga passionnante.

Calme et tranquille - Valérie Manteau
Calme et tranquille
Valérie Manteau
Le Tripode

L'écriture est ciselée, le ryhtme infaillible (...) Valérie Manteau écrit la mort, violente, de ses proches. Elle y raconte Charlie Hebdo, les copains et puis le 7 janvier. Il ne s'agira pourtant pas que de cela. C'est l'ombre du suicide comme héritage familial, la littérature et le théâtre comme points d'attache, le chat, l'amant, la grand-mère Louise. C'est l'omniprésente et envoûtante Istanbul. C'est aussi l'irrépressible besoin de liberté, le refus douloureux de la fatalité et la volonté viscérale de ne pas être comme tous voudraient qu'on soit. (...) A la lecture, on est secoué, emporté, littéralement vidé et même un peu déchiré en dedans, mais plus que jamais : vivant.

[Anaïs Ballin]

Parmi les loups et les bandits - Atticus Lish
Parmi les loups et les bandits
Atticus Lish
Buchet Chastel

Parmi les loups et les bandits est très certainement l’une des très grandes réussites de ce début d’année. Simple et enlevé, brute et subtile, vrai et sincère, le style d’Atticus Lish est une démonstration de force. Deux personnages d’abord : Zou Lei, clandestine chinoise ouïghour dont la ténacité et la pugnacité ont bien du mal à venir à bout d’une précarité si banale. C’est dans un Chinatown décentré, étrangère au sein même de sa communauté, abondamment exploitée, symbole de l’esclave moderne, qu’elle fait la connaissance de Brad Skinner, jeune vétéran de l’armée américaine, de retour après trois années passées en Irak, défoncé bien sûr. Ensemble ils vont tout de même s’aimer. Au départ liés par la muscu, ils vont se découvrir une magnifique passion et tenter de résoudre les problèmes de l’un et de l’autre. Lish y décrit un New-York loin des stéréotypes, celui des "autours", de la misère sociale et de la combine crasse, ses habitants perchés, ses véritables livres graffés aux murs… Et la vie malgré tout.

Tous nos coups de cœur

L'Histoire de l'œil est spécialisée
dans les formes contemporaines

Infos pratiques

Horaires

du mardi au samedi
de 10h à 19h

Galerie

www.galerieho.com

Café / Wifi

Coordonnées

Histoire de l'oeil
25, rue Fontange
13006 Marseille
04 91 48 29 92
contact[at]histoiredeloeil[dot]com